ASRC

Les conservateurs choisissent de financer les réductions d’impôts des entreprises sur le dos des aînés vivant sous le seuil de la pauvreté

Un montant équivalant à 10 % des réductions d’impôts consenties aux entreprises annoncées par le gouvernement Harper dans son dernier budget aurait suffi pour éliminer la pauvreté parmi les personnes âgées du Canada, selon la députée néo-démocrate qui a défend la cause des aînés à la Chambre des communes.

Irene Mathyssen, députée de London, considère qu’une bonification du financement à la hauteur de 1,2 milliard de dollars aurait permis de hausser le Supplément de revenu garanti (SRG) à un niveau tel à permettre à tous les aînés de vivre au-dessus du seuil de la pauvreté.

Irene Mathyssen

Irene Mathyssen

Prenant la parole au congrès de l’ASRC, elle a déclaré que le Nouveau Parti démocratique avait proposé cette mesure lors d’une journée de l’opposition, choisie par l’Opposition officielle pour débattre du sujet. « Nous avons proposé une mesure qui ferait une différence positive dans la vie des aînés qui vivent dans la pauvreté », a-t-elle affirmé.

Par contre, le gouvernement conservateur a réagi à cette proposition en n’affectant que 350 millions de dollars à la bonification du financement du SRG, tout en réduisant les impôts des entreprises de 11,5 milliards de dollars.

« Au lieu d’investir dans le Canada, les conservateurs préfèrent réduire les impôts des entreprises sans aucune garantie de création d’emplois en échange », a-t-elle ajouté.

Selon elle, réduire les impôts des entreprises aura pour effet de réduire les recettes du gouvernement, au moment même où nous devons voir à augmenter ces recettes étant donné le vieillissement de notre population.

« Étant donné qu’un si grand nombre de personnes âgées se retireront du marché du travail au cours des prochaines années, nous ne devons pas tarder à mettre en place un filet de sécurité sociale. Il est absolument grotesque que le gouvernement a refusé de financer des mesures qui permettraient aux aînés de vivre au-dessus du seuil de la pauvreté.

Le Canada doit se doter d’une politique nationale sur les aînés. J’avais pris l’engagement envers Jack Layton, à sa dernière réunion de caucus, de me battre pour mes électeurs et pour l’ensemble de la population aînée », a-t-elle déclaré.

La solution proposée par le NPD est facile à mettre en place et cible les personnes qui en ont le plus besoin, selon elle.

« Nous pouvons en faire une réalité si nous laissons de côté la rhétorique partisane et en arriverons à une solution.

Je ne suis pas simplement déçue [du refus des conservateurs], je suis outrée. Systématiquement, les conservateurs font fi de leurs devoirs envers celles et ceux qu’ils ont été élus pour servir. Le programme des conservateurs est clair. Ils n’ont aucune intention de revenir sur leurs promesses de réduire les impôts des entreprises, qu’ils financeront par des compressions. »

Mme Mathyssen a affirmé que le gouvernement devait « agir en urgence » pour aider les aînés. « Les aînés revendiquent simplement l’accès aux programmes et aux services qu’ils ont financés par le biais de leurs impôts pendant toute leur vie professionnelle. »

Selon elle, il faut surtout doubler le montant des prestations versées par le Régime de pensions du Canada, comme le propose le Congrès du travail du Canada. Elle a déclaré que cela représentait « une option beaucoup plus sûre que de perdre de l’argent à la bourse ».

Aussi, le Canada doit élaborer une stratégie pour aider les aînés à veiller à leur santé, leur logement et leurs finances. De plus, nous avons besoin d’un régime national d’assurance-médicaments « afin que personne n’ait à faire le choix entre acheter ses médicaments et se nourrir ».

Un autre volet important d’une stratégie pour les aînés serait de modifier les lois de sorte à protéger les pensionnés dans le cas où leur ancien employeur déclare faillite.

© 2013 l’Association des syndicalistes à la retraite du Canada A Unionweb site - based on WordPress - Admin