Avez-vous de la difficulté à visualiser ce courriel? Cliquez ici pour le consulter en ligne.


décembre 2014  

La violence faite aux femmes

Louisette Hinton, membre de l’exécutif de l’ASRC, avec Barb Byers, secrétaire-trésorière du CTC.

par Louisette Hinton

C’est un dossier qui sera encore d’actualité cette année. Le 6 décembre sera la Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes. Cette année marquera le 25e anniversaire des meurtres de l’École polytechnique en 1989, ou 14 jeunes femmes ont perdu leur vie.

Lors de notre réunion de la Condition féminine à Winnipeg, la consoeur Barbara Byers nouvellement élue comme secrétaire-trésorière du CTC, nous a rappelé que le dossier de la violence faite aux femmes fera partie du 20e anniversaire de la 4e Conférence mondiale sur les femmes et de l’adoption de la Déclaration et Programme d’Action de Beijing.

C’est un dossier qui est toujours pertinent et non résolu. Voici quelques lignes de la déclaration du CTC :

• Les taux d’agression sexuelle et de violence conjugale sont demeurés élevés au Canada, 1,8 millions de canadiennes ayant signalé des cas d’une de ces formes de violence depuis 5 ans.

• La plupart des politiques fédérales actuelles permettant de lutter contre la violence faite aux femmes ne sont pas sexospécifiques. Ces politiques comprennent l’initiative de lutte contre la violence familiale, la stratégie fédérale d’aide aux victimes et le plan d’action national de lutte contre la traite des personnes. Aucune de ces politiques ne portent exclusivement sur la violence faite aux femmes.

• Le gouvernement fédéral n’a pas de politique indépendante sur la violence conjugale ou l’agression sexuelle, et le Canada n’a pas de plan d’action national contre la violence faite aux femmes.

• Le problème que pose la violence est particulièrement grave dans le cas des femmes et filles autochtones du Canada, qui font l’objet d’un taux de violence 3X plus élevé que les femmes et filles non autochtones.

• La violence faite aux femmes et aux filles autochtones fait l’objet d’une enquête en cours du Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes. Cette enquête a été engagée en vertu du Protocole facultatif à la CEDAW à la demande de l’Association des femmes autochtones du Canada et de l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale. Toutefois, le gouvernement fédéral n’a pas cessé de faire la sourde oreille à l’appel, qui jouit d’un appui croissant à une enquête nationale sur la violence dont font l’objet les femmes et les filles autochtones.

Le CTC encourage tout le monde à soutenir la campagne de la Rose du YWCA dans le cadre des activités du 6 décembre de cette année, et en particulier, de participer à la nuit illuminée contre l'action de la violence du 6 décembre. En cette nuit, ils encouragent les organisations et les communautés à éclairer leurs bâtiments, les monuments et les sites d'intérêt pour aider à soutenir l'appel pour mettre fin à la violence contre les femmes.

L'Association des syndicalistes à la retraite du Canada
2841, promenade Riverside, Ottawa, Ontario K1V 8X7, Canada
Téléphone : 613-526-7422 • Télécopieur : 613-521-4655

Pour vous désabonner de notre liste d'envoi, veuillez cliquez ici.