ASRC

Les Canadiennes et les Canadiens ne peuvent se passer d’un régime public d’assurance-médicaments

OTTAWA – La Coalition canadienne de la santé a publié un rapport novateur intitulé L’accès aux médicaments sur ordonnanc- État de la situation de la situation. À partir de l’automne 2007, la coalition a tenu des audiences publiques dans les collectivités du pays. Plus de 250 Canadiennes et Canadiens ont témoigné de l’impact du coût des médicaments sur ordonnance, sur eux et leurs proches. Ces audiences leur offraient la première occasion de partager leur expérience et leurs idées par rapport au coût, à la disponibilité, et à l’efficacité des médicaments sur ordonnance. 

« Le fardeau de voir un être cher malade et en train de succomber à la démence est déjà assez. L’an dernier, nous étions endettés de 6 000 $ en raison des médicaments. Maintenant, nous allons peut-être perdre notre maison. Nous avons travaillé fort pendant toute notre vie et je pense que cela est injuste », mentionne une personne à la retraite de Sarnia, Ontario. 

Plusieurs Canadiennes et Canadiens ne sont pas couverts pour les médicaments et ceux qui le sont doivent assumer des coûts exorbitants et toujours à la hausse. « Trop de Canadiens tombent entre les mailles du filet. Le gouvernement doit maintenant coordonner les efforts et prendre des mesures pour mettre en place un régime public universel d’assurance-médicaments », souligne Kathleen Connors, présidente de la coalition. « En cette période de ralentissement économique, la perte d’emploi signifie la perte du régime d’assurance-médicaments pour les Canadiens. Un régime public d’assurances-médicaments permettrait non seulement de fournir les médicaments médicalement nécessaires à tous, qu’importe le lieu de résidence ou de travail, mais permettrait aussi de dépenser plus efficacement dans le cadre du système de soins de santé. Nous en aurons plus pour notre argent », ajoute Connors. 

Actuellement, le Canada est une mosaïque de régimes privés et publics. Or, cette mosaïque est tellement trouée que la plupart ne peuvent croire à la réalité d’une couverture complète des médicaments. On assiste à une inégalité qui rappelle les jours avant l’assurance-maladie, période où les médicaments étaient pour ceux qui pouvaient se les payer. Selon les conclusions du rapport, un régime public universel d’assurance-médicaments, qui serait administré par les provinces et les territoires et dont le coût serait partagé par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ainsi que les employeurs, permettrait des soins de meilleure qualité et réduirait les coûts. 

Philip Lillies vit à Moncton avec sa femme atteinte de sclérose en plaques. Selon Philip : « L’efficacité est le meilleur argument pour mettre en œuvre un régime universel et complet d’assurance-médicaments. Les régimes confus qui tentent de le remplacer sont non seulement inéquitables mais ils sont coûteux financièrement et socialement. » 

L’accès aux médicaments sur ordonnance – État de la situation est publié par le Centre canadien de politiques alternatives. Pour obtenir un exemplaire, visitez le site Web à : www.policyalternatives.ca

Voir aussi : OBTENIR PLUS À MEILLEUR COMPTE : Stratégie nationale sur l’assurance-médicaments www.policyalternatives.ca

© 2013 l’Association des syndicalistes à la retraite du Canada A Unionweb site - based on WordPress - Admin