ASRC

Une formule novatrice permet à tous de participer au débat

Des délégués se réunissent autour de petites tables pour débattre la question des soins à domicile.

Des délégués se réunissent autour de petites tables pour débattre la question des soins à domicile.

C’est une formule qui n’a pas souvent été mise à l’essai dans le mouvement syndical, mais elle le sera probablement de plus en plus. Organisé par le vice-président Len Hope de l’ASRC, le « Café New York » a ajouté une touche de café à notre 10e congrès constitutionnel.

Le premier vice-président de l’ASRC, Len Hope, a fait la promotion du concept du Café New York.

Le premier vice-président de l’ASRC, Len Hope, a fait la promotion du concept du Café New York.

La formule porte aussi d’autres noms, mais le concept demeure le même. Au lieu de l’aménagement conventionnel, où les délégués sont assis dans leur chaise faisant face au podium, les organisateurs du congrès ont aménagé la salle en plaçant de petites tables de quatre délégués chacune pour débattre de l’énoncé de politique de l’ASRC en matière de soins à domicile. Des nappes ont été étendues sur les tables et des chandelles y ont été placées pour simuler l’ambiance d’un café.

Les secrétaires ont déposé près de 200 pages de recommandations et de commentaires.

Les secrétaires ont déposé près de 200 pages de recommandations et de commentaires.

Les délégués se sont fait poser trois questions :

  • Pourquoi les soins à domicile nous sont-ils importants pour nous?
  • Quelles doivent être nos actions prioritaires pour le futur?
  • Quelles sont les premières étapes que nous devons entreprendre?

Après dix minutes de discussion, les délégués changeaient de table et des secrétaires prenaient des notes sur les sujets discutés.

À la fin de la discussion, M. Hope a annoncé que les secrétaires après pris près 200 pages d’idées et de recommandations en note et que l’exécutif de l’ASRC en prendrait connaissance.

« À la plupart des congrès, beaucoup de délégués n’ont même pas l’occasion de s’exprimer. Les files aux micros sont longues et les gens peuvent devenir anxieux, a expliqué M. Hope. Grâce au format du Café New York, tout le monde a la possibilité de dire ce qu’il a à dire. »

© 2013 l’Association des syndicalistes à la retraite du Canada A Unionweb site - based on WordPress - Admin