ASRC

Selon Pat Kerwin, le Canada a besoin de syndicalistes retraités actifs plus que jamais

La crise des pensions et le nouveau défi des soins à domicile figurent parmi les nombreuses raisons pour lesquelles les syndicalistes retraités devront être actifs dans l’arène politique au cours des prochaines années selon le président de l’ASRC, Pat Kerwin.

Pat Kerwin, président de l’ASRC, présente son rapport au congrès.

Pat Kerwin, président de l’ASRC, présente son rapport au congrès.

« Nous devons convaincre le mouvement syndical qu’il a besoin de nous », a déclaré M. Kerwin dans son discours au 10e congrès constitutionnel de l’ASRC. Une partie de ce processus consiste à faire de l’ASRC une organisation communautaire nationale bien établie et présente à l’échelle locale.

« Les défis qui se présentent aux retraités canadiens sont bien réels, et je ne suis pas sûr que le gouvernement [fédéral] sera en mesure de les relever, a-t-il ajouté. Le premier ministre Stephen Harper s’attaque aux syndicats en particulier et aux pensionnés en général. C’est une raison de plus qui devrait nous motiver à jouer un rôle actif. »

Compte tenu que des grèves ont récemment été déclenchées sur la question des pensions, que des retraités dont l’ancien employeur a déclaré faillite font face à une situation financière difficile et que le Canada a besoin de régimes nationaux d’assurance-médicaments et de soins à domicile, une solide organisation pour défendre les intérêts des syndicalistes retraités est plus nécessaire que jamais.

Il considère aussi qu’il est nécessaire d’offrir une formation préparatoire à la retraite. L’ASRC participe intensivement à l’élaboration d’un cours de préparation à la retraite qui pourra être offert par le CTC ou des écoles syndicales et une des priorités de l’ASRC sera de l’offrir le plus souvent possible au cours des deux prochaines années. Le cours fera l’objet d’un projet-pilote en novembre.

L’ASRC a agi à plusieurs égards pour améliorer ses communications avec les membres, « mais nous devons faire mieux », a avoué M. Kerwin. Une résolution adoptée au congrès crée une nouvelle sphère de responsabilité et un membre de l’exécutif actuel veillera à l’élaboration d’un plan de communication.

« Notre potentiel de croissance réside parmi les travailleurs qui prendront leur retraite au cours des dix prochaines années, a-t-il affirmé. Au cours de cette période, un million de syndiqués se retireront du marché du travail.

Si nous voulons réussir, nous devrons tous mettre l’épaule à la roue. Et la meilleure façon d’inciter les membres à faire leur part consiste à mettre sur pied des conseils régionaux de l’ASRC partout au Canada. Si vous êtes un député de l’Alberta, vous voudrez parler à des Albertains. Le rôle joué par les conseils régionaux est très important. »

D’ajouter M. Kerwin : « Nous sommes reconnaissants envers le CTC et d’autres syndicats pour leur soutien. Cependant, nous devons affirmer notre autonomie. Nous devons démontrer que nous pouvons produire des résultats nous-mêmes. La tâche est colossale, mais nous sommes en mesure d’en accomplir beaucoup. »

© 2013 l’Association des syndicalistes à la retraite du Canada A Unionweb site - based on WordPress - Admin