purple image of woman holding a prescription bottle.

D’anciens ministres de la Santé se joignent à des spécialistes, à des patients et à des fournisseurs de soins pour réclamer l’assurance-médicaments universelle

23 octobre 2023

Par Bea Bruske, présidente du Congrès du travail du Canada; Doug Roth, directeur général de Cœur + AVC; Linda Silas, infirmière autorisée et présidente de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers; et Pauline Worsfold, infirmière autorisée et présidente de la Coalition canadienne de la santé tel que publié dans National Newswatch*

L’appel à l’instauration d’une assurance-médicaments publique universelle a été épaulé par deux anciens ministres de la Santé libéraux. L’ancienne ministre fédérale de la Santé Jane Philpott et l’ancien ministre de la Santé de l’Ontario Eric Hoskins se sont joints à un groupe croissant de spécialistes, de fournisseurs de soins de santé, d’organismes de santé et de patientes et patients et citoyennes et citoyens soucieux.

La Dre Philpott et le Dr Hoskins encouragent le ministre de la Santé Mark Holland à adopter une forte loi sur l’assurance-médicaments universelle cet automne afin de réduire le coût élevé des médicaments de prescription pour le système de santé, de combler l’inéquitable manque d’accès à ces médicaments d’une personne sur cinq qui vivent au Canada et de rejeter l’approche morcelée consistant à combler les lacunes.

Le Dr Hoskins a dirigé une étude fédérale sur l’assurance-médicaments en 2019 qui a recommandé la mise en œuvre d’un régime national universel d’assurance-médicaments. « Nous devrions traiter les médicaments sur ordonnance comme nous traitons les soins de santé, en nous fondant sur le besoin plutôt que sur la capacité de payer. Et ce principe de base de l’assurance-maladie publique doit en être un aussi pour l’assurance-médicaments », a-t-il déclaré au journaliste Glen McGregor.

Les avis du gouvernement fédéral sur l’assurance-médicaments semblent mitigés malgré le consensus des spécialistes de la santé contre toute approche ne consistant qu’à combler les lacunes.

Les lobbyistes de l’industrie veulent maintenir le système morcelé actuel et ajouter une couverture publique pour les 20 % des adultes qui n’ont aucune assurance-médicaments.

Toutefois, l’approche consistant à combler les lacunes ne freinera pas la montée en flèche des prix des médicaments et des frais administratifs, elle n’assurera pas une couverture équitable à la population canadienne et elle rendra plus difficile d’intégrer l’assurance-médicaments à notre système de santé public.

Les médicaments de prescription comptent pour la même part des dépenses de santé que les honoraires des médecins, selon l’Institut canadien d’information sur la santé – la Loi canadienne sur l’assurance-médicaments doit réduire les prix des médicaments et améliorer l’accès à ceux‑ci.

Steve Morgan, chercheur de l’UBC sur l’assurance-médicaments, a mis le ministre de la Santé Holland en garde contre les propositions de l’industrie ne visant qu’à combler les lacunes, comme le modèle multi-payeurs québécois. Selon ses conclusions, l’adoption du modèle québécois par le gouvernement fédéral ferait augmenter les prix des médicaments dans les autres provinces.

« Actuellement, au Québec, les coûts des médicaments de prescription dépassent de 200 $ par habitant ceux du reste du Canada », précise le professeur Morgan. « Si le Canada mettait en œuvre un système ressemblant à celui du Québec, cela coûterait l’énorme somme de 43 milliards de dollars par année, soit 5 milliards de plus par année que ce que les médicaments sur ordonnance coûtent déjà aux membres de la population canadienne. »

Voilà pourquoi plus de 1 000 professionnels de la santé et experts en soins de santé et en politiques publiques ont signé une lettre ouverte incitant le gouvernement à adopter un régime national universel d’assurance-médicaments. Ce régime pourrait utiliser son pouvoir de négociation pour réduire les prix des médicaments.

Afin d’apaiser les craintes que le cabinet fédéral peut avoir au sujet du coût de pareil régime, le Dr Hoskins recommande de commencer par assujettir à la couverture publique une liste des médicaments essentiels les plus souvent prescrits. Cela coûterait à peu près 3,5 milliards de dollars par année.

« Si nous y arrivons, ce sera la transformation le plus importante et la plus positive qu’ait subi notre système de santé depuis l’établissement de l’assurance-maladie et de la Loi canadienne sur la santé », déclare le Dr Hoskins.

Les enjeux ne pourraient pas être plus élevés. Au cours d’une conférence de presse à Ottawa, la Dr Philpott a exprimé une mise en garde contre les conséquences négatives potentiellement irréversibles qu’aurait l’adoption d’une Loi canadienne sur l’assurance-médicaments qui ne serait pas appropriée. « Nous ne devons pas nous tromper car pareille occasion ne se présente qu’une fois par génération », a-t-elle dit aux journalistes. « Si le Canada fait fausse route, il faudra énormément de travail pour le remettre sur la bonne voie. »

La population canadienne veut l’assurance-médicaments, mais il lui faut la pleine dose. Nous voulons un régime public global et universel comme a recommandé le conseil consultatif du gouvernement dirigé par le Dr Hoskins. Les demi-doses proposées par les lobbyistes de l’industrie ne feront pas baisser les coûts et n’assureront pas à la population canadienne une couverture pleine et équitable. Seule la pleine dose le permettra.

*Certains des liens ne sont disponibles qu’en anglais.

Journée du chandail rose : les enfants 2SLGBTQI+ devraient être libres d’être vraiment eux-mêmes

28 février 2024
Click to open the link

Déclaration de Bea Bruske : Interdire les briseurs de grève, c’est protéger les droits des travailleurs

27 février 2024
Click to open the link

Déclaration de Bea Bruske, présidente du Congrès du travail du Canada, au sujet de l’entente entre le NPD et le Parti libéral sur l’assurance-médicaments :

26 février 2024
Click to open the link

Déclaration de Bea Bruske : les conservateurs sont positionnés contre les travailleurs

7 février 2024
Click to open the link

Déclaration de Bea Bruske : Les syndicats du Canada dénoncent la PM de l’Alberta qui fait de la politique sur le dos des enfants, jeunes et adultes trans et d’identités de genre diverses

2 février 2024
Click to open the link

MHN : Les syndicats du Canada honorent le passé pour contribuer à définir l’avenir

1 février 2024
Click to open the link

Les syndicats du Canada exhortent les députés à s’occuper des travailleurs en ce début d’année

29 janvier 2024
Click to open the link

Les syndicats du Canada marquent le 29 janvier avec un appel à l’action

29 janvier 2024
Click to open the link