Le Canada peut assurer la justice de genre aux femmes en améliorant les soins

8 mars 2024

Les syndicats du Canada marquent la Journée internationale des femmes en incitant le gouvernement fédéral à mieux aider les femmes à survivre à la crise de l’abordabilité et à réduire ses effets genrés et intersectionnels.  

Le nombre démesurément élevé de femmes qui vivent dans la pauvreté et leur manque d’accès à des services de soins sont profondément interreliés. L’établissement d’une stratégie nationale globale sur l’économie des soins contribuerait grandement à alléger le fardeau que les soins – tant rémunérés que non rémunérés – imposent aux femmes.  

À mesure que se poursuit la crise du coût de la vie au Canada, de nombreux travailleurs et travailleuses et leurs familles ont de la difficulté à gérer la montée en flèche des coûts de la nourriture, du logement et d’autres nécessités. Les femmes et d’autres personnes qui sont disproportionnellement pauvres ou à faible revenu sont frappées le plus durement. Ces défis sont aggravés par la surreprésentation des femmes dans les emplois à bas salaire, à temps partiel et précaires, et par les soins qu’elles fournissent sans rémunération aux enfants, à leurs parents vieillissants et à leurs proches en situation de handicap.  

« L’enjeu est la justice de genre. Tout le monde sait que les femmes accomplissent le gros du travail de soins non rémunéré et rémunéré, ce qui les oblige à occuper des emplois à temps partiel, précaires, temporaires ou au salaire minimum. La majorité des personnes travaillant au salaire minimum au Canada sont des femmes », déclare Bea Bruske, présidente du Congrès du travail du Canada. « Les répercussions du partage inégal du travail de soins sur la sécurité économique des femmes sont graves, et les actuelles crises de l’abordabilité et du logement rendent la vie encore plus difficile – particulièrement pour les femmes les plus marginalisées. » 

Les femmes ont des taux d’insécurité du logement et d’insécurité alimentaire plus élevés que les hommes et sont moins susceptibles d’avoir droit à des prestations d’assurance-emploi. Les statistiques sont encore plus frappantes dans le cas des femmes vivant à l’intersection d’identités marginalisées multiples parce qu’elles sont autochtones, noires, de couleur, 2SLGBTQI, non binaires ou en situation de handicap.  

« Il n’est pas étonnant qu’il y ait des crises de la main-d’œuvre dans les soins de santé, les services de garde à l’enfance et d’autres secteurs de soins. Les emplois consistant à fournir des soins aux enfants, aux adultes âgés et aux personnes en situation de handicap ont tendance à être sous-payés et précaires, et les salaires sont mangés par l’inflation dans l’économie des soins. Les emplois en question sont principalement occupés par des femmes, dont bon nombre sont des immigrantes et des femmes de couleur », dit Siobhán Vipond, vice-présidente exécutive du CTC. « Le règlement de la crise des soins aura un impact massif sur les emplois des femmes, leurs revenus et leur participation à la population active, ce qui sera favorable à l’économie canadienne. » 

Les syndicats du Canada ont une vision de notre pays où tout le monde a droit aux soins dont il a besoin et les personnes qui fournissent les soins sont visibles, appréciées et appuyées. Le gouvernement fédéral doit établir une stratégie globale et intégrée sur les soins qui consacrerait le droit de toute personne aux soins dont elle a besoin pour vivre une vie pleine et digne, réduirait et redistribuerait la responsabilité disproportionnée qu’assument les femmes en matière de soins, appuierait les personnes fournissant des soins rémunérés et non rémunérés et renforcerait l’économie des soins du Canada dans tous les secteurs.  

Le Canada doit créer une commission de l’économie des soins qui serait chargée d’étudier, de mettre au point et de recommander une stratégie nationale sur les soins visant à :   

  • établir une stratégie globale et inclusive sur le marché du travail pour créer des emplois de qualité et équitables dans tous les secteurs des soins; 
  • examiner le travail de soins rémunéré et non rémunéré et dresser un plan permettant de répondre à la demande croissante de soins; 
  • réduire et redistribuer le travail de soins non rémunéré qu’accomplissent les femmes en améliorant l’accès à des services publics de soins pour les enfants, les personnes âgées et les personnes ayant un handicap.  

Réduisez les taux d’intérêt et allégez le fardeau des familles canadiennes – la balle est dans votre camp, gouverneur Macklem

21 mai 2024
Click to open the link

20 ans après son adoption, les syndicats canadiens exigent l’application de la loi Westray 

9 mai 2024
Click to open the link

Le Syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse (NSTU) rejoint le Congrès du travail du Canada

8 mai 2024
Click to open the link

NOUVEAU SONDAGE : LES CANADIENS APPUIENT LES SYNDICATS POUR CE QUI EST D’ASSURER DES PROTECTIONS AUX TRAVAILLEURS ET DES SALAIRES PLUS ÉQUITABLES 

1 mai 2024
Click to open the link

11 ans après l’effondrement de l’usine du Rana Plaza, les syndicats du Canada rendent hommage aux victimes et continuent de revendiquer l’amélioration des conditions de travail

23 avril 2024
Click to open the link

Jour de la Terre 2024 : La transition du Canada vers la carboneutralité doit être centrée sur les travailleuses et travailleurs

22 avril 2024
Click to open the link

Les syndicats du canada s’unissent pour dire : si vous voulez nos votes, améliorez nos droits!

18 avril 2024
Click to open the link